L’intelligence artificielle et la personne - journée 2

Date de la conférence: jeudi 10 octobre 2019

La recherche en droit sur l’Intelligence artificielle en France et au Canada rassemble des spécialistes des divers branches juridiques. Outre la nécessité de faire dialoguer ces spécialistes, il est apparu nécessaire de retenir une approche de droit comparé.

Les journées de la recherche des 9 et 10 octobre 2019 est la première rencontre officielle autour du thème de l’IA et de la personne juridique.

L’enjeu est structurel dans la mesure où il s’agit d’éviter que l’innovation conduise à des résultats contraires au bien-être de l’humanité ; dès lors, il importe que l’IA soit pensée non pas comme une innovation technique, mais comme une innovation sociale au service des individus. Elle doit être conçue selon le projet social alors qu’elle en bouscule les certitudes.

Aussi, la question n’est pas celle de savoir s’il convient de reconnaître une personnalité juridique de l’IA, mais de savoir ce que peut apporter l’IA à l’humanité.

Le défi est planétaire, pluridisciplinaire et intéresse toutes les sphères de la société, qu’elle soit publique, privée, institutionnelle ou informelle. Quant au droit, il doit permettre de mettre en œuvre les choix politiques qui auront été définis démocratiquement.

 

Sous la direction scientifique de
Mélanie Clément-Fontaine, Professeure de droit à l'Université de Versailles
Gaële Gidrol-Mistral, Professeuse de droit à l'UQAM

 

PROGRAMME DU 10 OCTOBRE 2019

Accueil à partir de 9h30 (café)

MATINÉE (10h00 - 12h00)

 

V. Sujet ou objet de droit

A. La personnalité juridique

a. Perspective française, Nathalie Martial Braz (Université Paris-Descartes)

b. Perspective québécoise, Gaële Gidrol-Mistral (UQAM)

B. La responsabilité civile, Laurence Bich-Carrière (Lavery - UQAM)

C. L’IA, nouveau sujet de droit ? Alejandro Lorité (UQAM)

Conférencier(e):
Alejandro Lorite Escorihuela

Ses recherches questionnent la gradation de la capacité et de la personnalité juridique des sujets contemporains du droit, et la fabrication des espaces d’exclusion par la catégorisation juridique dans le droit international et dans la théorisation des droits de la propriété.

Lien sur le profil institutionnel


Gaële Gidrol-Mistral

À travers une analyse des concepts et des catégories du droit civil, ses recherches mettent en perspective la fonction sociale du droit privé et dévoilent la porosité des frontières entre intérêt individuel et collectif, sujet et objet de droit, personne et corps, entités humaines et non humaines.

Gaële Gidrol-Mistral est professeure au Département des sciences juridiques de la Faculté de science politique et de droit de l’UQAM. Elle est également directrice du Groupe de réflexion en droit privé (GRDP).

Elle y enseigne le droit des biens et de la propriété, le droit des personnes et des biotechnologies, le droit des obligations et la méthodologie de la recherche juridique.

Ses recherches s’ancrent dans une perspective comparatiste et une analyse en termes de fondements du droit civil. À travers une étude des concepts et catégories du droit civil, elle s’intéresse à la fonction sociale du droit privé et propose d’explorer et de bousculer les frontières existantes entre sujet et objet de droit, personne et corps, droit individuel et collectif, entités humaines et non humaines notamment.

Ses projets sur la copropriété ou la protection de l’environnement ouvrent un dialogue entre l’égoïsme individuel de la propriété privée et l’altruisme collectif des communs et lui permettent d’envisager, à côté de la propriété exclusive dominante, des formes plus sociales et solidaires de propriété ou de détention des biens. Ceux sur l’embryon, le statut du corps humain, la circulation des produits de la reproduction, l’animal ou l’intelligence artificielle lui permettent de mesurer l’impact des nouvelles technologies sur les catégories et les concepts du droit civil.

Profil sur le site de l'UQAM

Inscription aux prochaines conférences

 

Merci d'entrer vos informations de contact et de choisir une conférence. Aucune donnée personnelle ne sera partagée. 

Requis *